18 mai 16Discours du Ministre d’Etat, Armand De Decker, 126ème session du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe - Sofia, 17 - 18 mai 2016

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire-général,

 

L’année que nous venons de parcourir fut particulièrement mouvementée, tragique et inquiétante.

 

Elle démontre combien les valeurs que nous voulons défendre et incarner demeurent fragiles.

 

Les événements que nous avons connus nous rappellent à quel point le rôle et le travail du Conseil de l’Europe demeurent pertinents et particulièrement importants afin de défendre et de consolider la démocratie, l’Etat de droit et les droits de l’homme sur le Continent européen.

 

Merci Monsieur le Secrétaire-Général pour ce troisième rapport que vous avez rédigé sur l’état de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit en Europe.

Même si l’action du Conseil de l’Europe fit progresser considérablement notre Continent dans le domaine des droits garantis par la Convention des Droits de l’Homme, beaucoup de progrès restent à réaliser dans la plupart de nos pays, et ce dans un contexte de réapparition de la barbarie et du rejet de la démocratie par les groupes terroristes présents en Europe.

 

 

Ce contexte violent ne doit en aucune façon affaiblir notre détermination à défendre nos valeurs, bien au contraire. Il doit nous amener à poursuivre nos efforts d’harmonisation de nos législations afin, à la fois, de combattre efficacement le terrorisme et tous les ennemis de la démocratie et de protéger, en même temps, notre profond attachement aux Droits de l’Homme.

 

Nous sommes déterminés à avancer en cette direction.

 

Nous entamerons bientôt les travaux relatifs à un plan d’action contre le racisme et nous espérons qu’il complètera d’autres initiatives visant à construire des sociétés plus inclusives.

 

Ces sociétés inclusives constituent un des piliers du plan d’action du Conseil de l’Europe pour la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation conduisant au terrorisme adopté l’an dernier sous la Présidence belge et auquel mon pays est très attaché, comme l’illustrent nos contributions dans nombre de projets dans le cadre du plan d’action.

 

La Belgique a eu l’honneur d’accueillir la 25ème Session de la Conférence permanente du Conseil de l’Europe des Ministres de l’Education consacrée au développement d’un cadre de référence des compétences nécessaires à une culture de la démocratie.

 

Nous avons la fervente conviction qu’il est essentiel d’éduquer nos enfants dans le respect de nos valeurs issues du Siècle des Lumières et de nos cultures et de les convaincre de la richesse des idées sur base desquelles l’Europe a construit la paix et la stabilité au lendemain de deux guerres mondiales qui ont été déclenchées en Europe.

Nous nous réjouissons de la réalisation effective des engagements pris dans la Déclaration finale de la Conférence.

 

Nous exprimons également l’espoir de voir davantage de pays contribuer aux projets en développement dans le cadre du plan d’action, dont la pertinence s’est vue confirmée par les événements tragiques de l’année qui vient de s’écouler.

 

La Belgique est immensément reconnaissante pour les très nombreuses marques de sympathie et de solidarité qu’elle a reçue suite aux deux attaques terroristes qu’elle a subies à Bruxelles le 22 mars dernier.

 

Même si certaines blessures sont encore profondément et douloureusement ressenties, ces gestes, messages et propos de solidarité ont véritablement eu un effet apaisant qui a permis à la population belge de se redresser et de reprendre goût à la vie tout en continuant le combat pour la défense de nos valeurs qui nous unissent ici aujourd’hui.

Ceci m’amène à la réflexion que la solidarité est une valeur que nous devrions davantage chérir et mettre en pratique bien plus que nous ne le faisons aujourd’hui.

 

A nos yeux, la richesse et la potentialité de la solidarité devraient d’ailleurs être bien plus présentes dans le cadre de la crise des réfugiés à laquelle nous sommes confrontés.

En ce domaine aussi, la Belgique exprimera sa solidarité et fera ce qui lui sera demandée avec humanité et rigueur.

 

Avant de conclure, je voudrais remercier la Bulgarie pour sa présidence et exprimer tous mes vœux à la nouvelle présidence estonienne.

 

Je vous remercie de votre attention.